Réserve faunique de Port-Cartier–Sept-Îles

Réserves fauniques

Aménagement faunique

Les réserves fauniques constituent des lieux privilégiés pour l'acquisition de connaissances et de savoir-faire en matière de conservation et de gestion de la faune et des habitats. C'est pourquoi des universités et cégeps y réalisent des projets de recherche sur la faune aquatique et terrestre en vue de mieux connaître la dynamique des populations animales et le fonctionnement des habitats. Toutefois, tout projet de recherche ou d'aménagement dans les réserves fauniques doit préalablement être autorisé par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), responsable de la gestion de la faune au Québec.

Faune aquatique

Dans les réserves fauniques, la protection et l'amélioration des populations d'espèces de poissons indigènes d'intérêt sportif sont prioritaires. Au fil des ans, des centaines de lacs font l'objet de diagnoses. Ces études servent à mieux connaître les populations de poissons de ces lacs et les caractéristiques de leur habitat. Elles permettent, entre autres, de cibler les endroits les plus stratégiques des lacs et de mesurer leur efficacité pour la reproduction des espèces dites sportives dans le but de mieux les protéger ou les restaurer quand c'est pertinent. Plusieurs travaux de recherche ont été effectués sur certaines espèces et leur habitat, notamment pour l'omble de fontaine.

De nombreux aménagements ont été réalisés à ce jour dans les réserves fauniques en vue de restaurer ou d'améliorer la productivité de certains lacs ou frayères. Chaque réserve faunique possède un plan directeur qui cible et oriente les interventions liées à la protection ou à l'amélioration de l'habitat du poisson. Des efforts sont également investis dans l'entretien périodique des frayères aménagées afin de s'assurer qu'elles demeurent fonctionnelles et efficaces.

Faune terrestre

Les populations d'orignaux des réserves fauniques font l'objet d'inventaires aériens souvent réalisés en partenariat Sépaq - MFFP. Ce sont les biologistes du MFFP qui réalisent ces inventaires compte tenu de leur grande expertise en la matière. Les inventaires servent à mesurer l'évolution de la densité des populations d'orignaux et à connaître leur composition. Le résultat de ces inventaires influence le contingentement de la chasse à l'orignal.

Dans certaines réserves fauniques, des salines et des travaux visant l'amélioration de l'accès et de la visibilité du gibier dans des secteurs de chasse sont aménagés. De plus, quelques projets de recherche sont réalisés pour mieux moduler l'aménagement forestier aux besoins d'habitat de certaines espèces fauniques terrestres. Enfin, des projets d'aménagement forestier adapté au besoin d'habitat de la gélinotte huppée sont en cours dans quelques réserves fauniques.

Gestion intégrée faune-forêt-récréation

Exploitation multiressource dans les réserves fauniques

Les réserves fauniques sont localisées sur les terres du domaine public. C’est l’État qui décide par qui et comment les ressources naturelles sont gérées et exploitées sur le territoire public, incluant les réserves fauniques.  Dans ces dernières, l'exploitation de toutes les ressources naturelles (forêt, mine, pétrole et gaz, énergie hydraulique et éolienne) y est permise.

Le mandat de la Sépaq concerne uniquement la gestion des activités de prélèvement sportif de la faune et de récréation dans les réserves fauniques, à l’exception du piégeage qui relève du MFFP. Elle n’a aucune compétence sur la gestion et l’exploitation d’autres ressources naturelles dans les réserves fauniques, ce sont le MFFP et le MERN qui la détient. Dans cette optique, il importe d'harmoniser l'exploitation des autres ressources naturelles avec la vocation de conservation et de mise en valeur de la faune des réserves fauniques.

Harmonisation faune-forêt-récréation

La Sépaq investit beaucoup d’effort en vue d’harmoniser l’exploitation des autres ressources naturelles avec la vocation de conservation, d’utilisation et de mise en valeur de la faune des réserves fauniques et les besoins de leurs clientèles. Des efforts importants en la matière sont consacrés notamment en regard de l’exploitation forestière, puisque c’est cette dernière qui a le plus d’impacts pour les réserves fauniques compte tenu qu’elle est exercée sur l’ensemble de leur territoire.

La forêt des réserves fauniques est exploitée par l'industrie forestière en fonction d'une planification de l'aménagement forestier qui relève de la compétence du MFFP. Bien qu’il n’y ait aucune obligation légale d’harmoniser les pratiques forestières avec la vocation des réserves fauniques et les besoins de leurs clientèles, la Sépaq y investit beaucoup d’effort.  Des discussions sont initiées par la Sépaq auprès du MFFP et de l'industrie pour les convaincre d'appliquer dans la planification et les interventions d'aménagement forestier des mesures visant à minimiser les conflits d'usage et les impacts sur la faune, le paysage et l'ambiance entourant la pratique des activités fauniques et récréatives dans les réserves fauniques.

Restez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.